Le réseau, un aperçu

Le réseau de la santé et des services sociaux du Nunavik comprend la Régie régionale de la santé et des services sociaux Nunavik, le Centre de santé Inuulitsivik (côte d’Hudson) et le Centre de santé Tulattavik de l’Ungava (côte d’Ungava). La Convention de la Baie James et du Nord québécois (CBJNQ) et conventions complémentaires ont établi les balises pour le développement des services de santé et des services sociaux sur le territoire du Nunavik. L’organisation des soins de santé et des services sociaux relève du système provincial, mais elle est adaptée aux réalités de la région.

Avec la taille de sa population et ses caractéristiques socio­culturelles, le Nunavik est un lieu privilégié où se mêlent curatif et préventif, un endroit où les activités de promotion, de prévention et de protection peuvent s’exercer de la façon la plus harmonieuse et la plus naturelle, autant en ce qui concerne la santé que les services sociaux.

Au-delà de l'emploi

Cette expérience de vie au Nunavik marquera sûrement la façon de travailler. En obtenant plus de responsabilités dans chaque champ de compétence, tout travailleur de la santé et des services sociaux vivra une pratique professionnelle élargie.

RRSSSN

Pour le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), le Nunavik correspond à la région sociosanitaire 17. La Régie ré­gionale de la santé et des services sociaux Nunavik (RRSSSN) gère un budget de près de 157 millions de dollars, destiné aux services de santé et de services sociaux pour la population des 
14 communautés.

La RRSSSN emploie environ 65 personnes inuites et non­inuites et comprend une direction générale, une direction de la santé publique, une direction de la planification et de la programmation, une direction des services administratifs, une direction des valeurs et pratiques inuites et, plus récemment, une direction des services hors-région et une direction régionale du développement des ressources humaines.

Un conseil d’administration composé de 20 membres chapeaute la RRSSSN

Quatorze personnes représentant respectivement chaque village du Nunavik, le directeur général de chacun des centres de santé (Tulattavik et Inuulitsivik), un membre nommé par le conseil d’administration de chaque centre de santé à même les représentants élus par les villages, un membre nommé par le conseil d’administration de l’Administration régionale Kativik (ARK) et le directeur général de la RRSSSN.

Outre les fonctions directement reliées à l’administration, le conseil est responsable d’identifier les priorités relatives aux besoins de la population en matière de services de santé et de services sociaux, priorités qui sont soumises à la séance publique d’information que la RRSSSN tient annuellement.

La loi prévoit une représentation majoritaire des Inuits sur les conseils d’administration de la RRSSSN et des établissements.

Intégration professionnelle

Travailler au nord permet de rencontrer des personnes dont les traits de personnalités souvent nous ressemblent : ouverture d’esprit, aventurier ou moins conformiste. Il se crée des liens solides au gré des activités sociales et professionnelles.

Ainsi, la venue d’un travailleur de la santé au Nunavik l’amène à faire partie d’un échange particulier. D’une part, il fournira une aide appréciée à la mesure de sa compétence ; d’autre part, il apprend à s’ouvrir à une culture différente et unique. Il favorise alors la prise en charge par les Inuits de leurs problèmes, en les aidant à les identifier et à trouver des solutions. Évidemment, le travailleur de la santé doit tou­jours se préoccuper de participer et de mettre son expertise au service du développement de la relève locale.

Aujourd’hui, les Inuits occupent près de la moitié des emplois dans les services publics. Dans le domaine de la santé et des services sociaux, on rencontre les Inuits dans des postes d’administrateurs, de chargés de programmes, d’infirmières, d’assistants dentaires, de préposés en établissements nordiques et de travailleurs communautaires. Malgré cette implication importante des Inuits dans la prise en charge de leur système de santé, le Nunavik doit encore recourir à une main d’œuvre spécialisée qui vient de l’extérieur de la région.

Conditions salariales

Les emplois dans le domaine de la santé et des services sociaux au Nunavik sont rémunérés selon les mêmes échelles salariales qu’ailleurs dans ce réseau québécois, soit en fonction du titre d’emploi, de la formation et de l’expérience pertinente acquise.

Avantages liés aux disparités régionales
  • ne prime d’éloignement et une prime de vie chère variant en fonction de la communauté dans laquelle vous travaillez. Plus vous travaillez au nord, plus ces primes sont élevées ;
  • Une prime de rétention versée à l’ensemble du personnel à l’exception de certains titres d’emplois, le montant varie en fonction de l’ancienneté acquise au travail au Nunavik ;
  • Une prime d’installation / rétention versée uniquement aux médecins et aux pharmaciens.
Les autres bénéfices d’emploi

Tout nouvel employé recruté au Québec à plus de 50 kilomètres de la localité où il est appelé à travailler au Nunavik bénéficie également :

  • Des frais de transport et de subsistance de son domicile jusqu’à son point de travail au Nunavik pour lui-même et chacun des membres de sa famille, au moment de l’embauche ;
  • Des frais de transport de ses effets personnels, et s’il y a lieu de ceux de sa famille, à partir de sa résidence à son point de travail ;
  • Des frais d’entreposage pour l’ensemble des meubles et effets personnels devant être conservés au sud ;
  • Des frais de transport d’un véhicule motorisé (voiture ou camion, ou deux véhicules récréatifs (vtt, motoneige) durant les deux premières années suivant l’embauche.

Il a également droit à
  • Un logement correspondant à ses besoins (selon situation familiale) meublé, chauffé et éclairé, moyennant pour certains établissements un coût minime de loyer ;
  • Au remboursement des frais de transport et de subsistance, quatre fois l’an pour une personne sans dépendant, ou trois fois l’an pour l’employé et ses dépendants. Et ce, à partir du village dans lequel il est assigné vers le point d’embauche au sud ;
  • Au paiement des journées de transport lors de chaque départ et arrivée dans le cadre de ces mêmes sorties ;
  • De plus, pour le Centre de santé Tulattavik et pour le Centre de santé Inuulitsivik, il est possible pour une personne travaillant dans le réseau de la santé et des services sociaux du Québec de faire une demande de congé sans solde nordique. Ce congé peut être autorisé pour une période maximale de quatre ans.

Centres de santé

La prestation des services est organisée localement et selon les sous-régions  — Hudson et Ungava — et est centrée à deux établissements à vocations multiples, le Centre de santé Inuulitsivik à Puvirnituq et le Centre de santé Tulattavik de l’Ungava à Kuujjuaq. Ces établissements poursuivent les missions de centre hospitalier de soins généraux et spécialisés (25 lits par centre) ainsi que de centre hospitalier de soins de longue durée. Les deux centres offrent également des services de sages-femmes.

Le Centre de santé Tulattavik de l’Ungava, en partenariat avec la municipalité de Kuujjuaq, l’Office municipal d’habitation Kativik, et la Régie régionale de la santé et des services sociaux Nunavik, maintient une résidence de milieu de vie de 12 places pour personnes en perte d’autonomie. Un centre de jour y est rattaché pour les personnes en perte d'autonomie de Kuujjuaq ou de passage.

D’autres services sont en place tels la protection de l’enfance et de la jeunesse, avec deux directions de la protection de la jeunesse, une dans chaque sous-région et une direction régionale de la réadaptation. Les installations comprennent un centre régional de réadaptation de 14 places à Salluit, deux foyers de groupe sous-régionaux de huit places chacun à Puvirnituq et Kuujjuaq, deux ressources spécialisées de quatre places chacune pour les 6 -12 ans à Kuujjuaq et Kuujjuarapik. Il y a également un CLSC dans chacune des 14 communautés.

Le CLSC de chaque communauté compte une équipe composée de professionnels provenant de différents domaines et disciplines. Ces équipes offrent une gamme de services de santé et de services sociaux à la population. La composition de l’équipe varie d’une communauté à l’autre, selon la taille de la population et les fonctions de l’équipe.

Les services de santé de deuxième ligne sont limités au Nunavik. Le recours à des ressources à l’extérieur de la région est la norme pour pratiquement tout examen et tout traitement spécialisé. Certains services sont offerts par les deux centres de santé, notamment par des spécialistes itinérants tels les gynécologues, psychiatres, orthopédistes, etc. Si les services spécialisés ou ultraspécialisés ne peuvent être rendus au nord, le client est orienté vers les ressources situées au sud, selon l’entente avec le Réseau Universitaire Intégré de Santé (RUIS) McGill ou autre entente.

Le Service aux patients à Montréal sert de liaison et de soutien dans ces cas de transfert. Il assure la réception, le transport, le logement, les services d’interprétariat ainsi que la liaison avec les établissements au nord.

Sous la responsabilité du centre de santé Inuulitsivik, un centre de crise de cinq places à vocation régionale situé à Puvirnituq, ainsi qu’un centre de réintégration à Inukjuaq offrent des services de deuxième ligne en santé mentale.

Expérience de travail

Parmi les gens interrogés qui ne sont 
jamais allés au Nunavik, 70 % seraient prêts à y accepter un emploi, compte tenu de tous les avantages offerts.

La majorité des personnes qui ont 
eu une expérience de travail au Nunavik affirme que cette expérience fait d’elles des travailleurs recherchés.